ML#02 – Le Paradis blanc

Auteure : Kristin Hannah

Résumé : Quand Ernt rentre du Vietnam, s[a fille] Leni, [treize] ans, ne le reconnaît pas. Poursuivi par de terribles cauchemars, Ernt se montre violent envers sa femme Cora. Un jour, il reçoit une lettre du père d’un de ses amis, mort dans ses bras durant cet enfer, qui lui lègue une masure en Alaska. Il se dit qu’il pourra peut-être s’y reconstruire. Avant la guerre, ils étaient si heureux…

{Résumé Livraddict, dument corrigé par mes soins}

Parce que oui, il y a des erreurs dans le résumé… Je me suis dit que j’allais faire mon propre résumé mais je me connais, j’en dit toujours trop… Donc j’ai seulement corrigé celui-ci. Mais trêve de bavardages, passons à la chronique !

Mon avis sur

Les personnages : J’ai aimé la complexité des personnages, leur profondeur et leur côté non manichéen. Pour ceux qui me lisent depuis longtemps, vous savez que c’est ce que je préfère chez des personnages ! J’ai aussi beaucoup apprécié l’authenticité des caractères qui m’a fait vivre intensément l’histoire et m’attacher à eux plus que je ne le pensais.

L’histoire : L’histoire est… je ne suis même pas sûre qu’il existe un qualificatif correct et représentatif de ce que je ressens à son sujet. Elle est tout à la fois dure et tendre, triste et drôle, belle et affligeante, adorable et horrible… Et, par rapport à ce que je sais de l’Alaska et à ce qui est décrit dans le livre, tout à fait à l’image du pays que rejoint cette famille. J’ai pleuré, beaucoup, et ris, un peu. J’ai été choquée, heureuse, excitée, effrayée ; j’ai retenu mon souffle plus d’une fois pour finir par le relâcher en commençant à pleurer – ou au moins en ayant les larmes aux yeux. Je me suis découverte un petit peu. Je savais déjà que face à des récits de fiction où les antagonistes sont créés pour être détesté, j’étais plutôt contente quand il leur arrivait une tuile ; mais j’ai découvert que, face à un sale type qui pourrait être réel tant il est criant de vérité, je ressentait le même genre de, sinon jubilation (je ne suis pas sadique non plus !), soulagement. Bon, il y a quand même beaucoup de choses prévisibles dans le déroulement et c’est peut-être la seule chose que je reprocherais à ce roman : tout est fait pour que ça se passe d’une certaine manière (comme dans tous les romans me direz-vous) mais les rouages de cette mise en place ne sont pas invisible, il n’y a pas vraiment d’imprévus…

J’ai tout de même noté des moments très frustrants dans le déroulement, quand Leni et sa mère attendent – entre autres – que le père rechute, qu’elles marchent sur des œufs, et bien le lecteur marche aussi sur des œufs ! Il y a ainsi des grands moments de tension mais aussi des grands moments d’attente… Des longueurs quoi. Mais je pense que ça fait partie du rythme du livre qui s’accorde au rythme du personnage principal.

En bref : j’ai énormément aimé cette lecture qui m’a fait passer par toutes les gammes d’émotions, c’était presque trop pour mon petit cœur ! Du coup, c’est un coup de cœur d’un genre que je n’aurais jamais imaginé ! Comme quoi, il faut savoir sortir de ses sentiers battus !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s