#23 Petit Pays

Auteur : Gaël Faye

Résumé : Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même  temps que son « petit pays », le Burundi, ce  bout d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Mon avis en général : Encore un livre que j’ai beaucoup aimé. En fait, des trois que je devais lire sur l’enfance en guerre (Le Sentier des nids d’araignée et Être sans destin étaient les autres), c’est celui que j’ai préféré. On trouve une certaine candeur dans le personnage de Gabriel qui est persuadé que son monde parfait ne peut pas changer. Alors quand ce monde commence à évoluer, d’abord avec la séparation de ses parents, puis avec la guerre entre Hutus et Tutsis, il s’y oppose farouchement…en lui-même ! Après tout, que peux bien faire un gosse contre tout ça ? Mais ce que j’ai surtout aimé c’est qu’au moment où il se sent abandonné de tous, il se trouve soudain une amie qu’il avait ignorée jusque-là – et même embêtée – et cette amie lui ouvre un autre monde : celui de la littérature. C’est vraiment intéressant et émouvant de voir ses sentiments face à tous ces mondes, sa conscience littéraire qui s’éveille…

Ceci dit, ça reste un récit très triste qui m’a bouleversée également. Ce n’est jamais facile de voir un enfant souffrir, mais voir une enfance pulvérisée de la sorte – dans les trois livres d’ailleurs – ça fait vraiment mal au cœur.

En bref : Ce n’est toujours pas un coup de cœur même si je suis marquée au fer rouge par cette lecture. Ça me fait vraiment plaisir de voir que la grande littérature n’est pas morte et qu’on trouve encore d’aussi poignants témoignages des erreurs des hommes, témoignages qui nous font réfléchir sur nos propres erreurs et sur notre chance incommensurable de vivre aujourd’hui dans un pays en paix.

Petite Plume
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s