#22 Être sans destin

Auteur : Imre Kertész (hongrois)

Résumé : De son arrestation, à Budapest, à la libération du camp, un adolescent a vécu le cauchemar d’un temps arrêté et répétitif, victime tant de l’horreur concentrationnaire que de l’instinct de survie qui lui fit composer avec l’inacceptable. Parole inaudible avant que ce livre ne vienne la proférer dans toute sa force et ne pose la question de savoir ce qu’il advient de l’humanité de l’homme quand il est privé de tout destin. Cette oeuvre dont l’élaboration a requis un inimaginable travail de distanciation et de mémoire dérangera tout autant ceux qui refusent encore de voir en face le fonctionnement du totalitarisme que ceux qui entretiennent le mythe d’un univers concentrationnaire manichéen.

Un livre à placer à côté de Si c’est un homme de Primo Levi.

Mon avis en général :

Cette histoire est juste hallucinante. Quand on voit le déroulement de la Seconde Guerre mondiale en histoire, on a vaguement l’impression que non seulement ça se passe très vite mais que en plus c’était une évidence pour tous ceux qui étaient en camp de concentration que c’était inhumain et horrible. Ce livre m’a totalement fait changer de point de vue. Bien sûr, aujourd’hui on croit tout à fait les horreurs qui s’y sont déroulées grâce à des livres comme celui-ci ou Si c’est un homme ou encore des témoignages. Mais j’avoue qu’il ne m’était jamais venu à l’esprit qu’on puisse accepter d’être traité comme ça et limite trouver ça normal. Et c’est ce que l’auteur arrive à montrer à travers l’histoire de cet adolescent. Au début je ne comprenais pas comment il pouvait accepter que ses compagnons se soient fais gazer, de travailler aussi dur dans d’aussi mauvaises conditions. Mais vers la fin du livre, l’adolescent parle à un journaliste et lui explique pourquoi il a accepté tout ça. Et comme j’avais tout le livre en tête encore à ce moment là, et bah j’ai compris.

En bref : Un récit tout à fait bouleversant, autant émotionnellement parlant que dans les représentations que l’on a de certaines choses de la Seconde Guerre mondiale. Mais ça reste assez dur à lire donc il faut avoir l’esprit bien accroché !

Petite Plume
Publicités

Une réflexion sur “#22 Être sans destin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s