Extrait n°1

Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, Acte I, Scène IV (à la fin) – Passage de la ballade.

                                                                         CYRANO
 » Ballade du duel qu’en l’hôtel bourguignon
Monsieur de Bergerac eut avec un bélître !  »
LE VICOMTE
Qu’est-ce que ça, s’il vous plaît ?
CYRANO
C’est le titre.
LA SALLE, surexcitée au plus haut point.
Place ! – Très amusant ! – Rangez-vous ! – Pas de bruits !

Tableau. Cercle de curieux au parterre, les mar-
quis et les officiers mêlés aux bourgeois et aux gens
du peuple ; les pages grimpés sur des épaules pour

mieux voir. Toutes les femmes debout dans les
loges. A droite, de Guiche et ses gentilshommes. A
gauche, Le Bret, Ragueneau, Cuigy, etc.

CYRANO fermant une seconde les yeux
Attendez !… je choisis mes rimes… Là, j’y suis.
                                                                                                                   Il fait ce qu’il dit, à mesure.
Je jette avec grâce mon feutre,
Je fais lentement l’abandon
Du grand manteau qui me calfeutre,
Et je tire mon espadon ;
Elégant comme Céladon,
Agile comme Scaramouche,
Je vous préviens, cher Mirmydon,
Qu’à la fin de l’envoi je touche !
                                                                                                              Premiers engagements de fer.
Vous auriez bien dû rester neutre ;
Où vais-je vous larder, dindon ?…
Dans le flanc, sous votre maheutre ?…
Au coeur, sous votre bleu cordon ?…
– Les coquilles tintent, ding-don !
Ma pointe voltige : une mouche !
Décidément… c’est au bedon,
Qu’à la fin de l’envoi je touche.
Il me manque une rime en eutre…
Vous rompez, plus blanc qu’amidon ?
C’est pour me fournir le mot pleutre !
– Tac ! je pare la pointe dont
Vous espériez me faire don,
J’ouvre la ligne, – je la bouche…
Tiens bien ta broche, Laridon !
A la fin de l’envoi, je touche.
                                                                                                                  Il annonce solennellement :
ENVOI
Prince, demande à Dieu pardon !
Je quarte du pied, j’escarmouche,
Je coupe, je feinte…
                                                                                                                                                Se fendant.
Hé ! là, donc,
                                                                                                   Le vicomte chancelle ; Cyrano salue.
A la fin de l’envoi, je touche.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s