#15 1984

Auteur : George Orwell

Résumé : De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d’en face.

BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de WINSTON… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens.

Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance.
Seule comptait la Police de la Pensée.

[Résumé livraddict]

Mon avis sur :

L’histoire : le récit en lui-même ne raconte pas grand chose. Le seul intérêt se trouve à partir de la deuxième partie – à mon sens – quand le personnage principal (on ne peut vraiment pas dire « héros » dans son cas…) commence réellement à faire plus de choses, à penser par lui-même. La lecture devient aussi plus fluide, peut-être à cause de « l’action » qui s’enrichie ou tout simplement parce qu’enfin Winston fait quelque chose.

En ce qui concerne la vision totalitariste décrite par George Orwell, elle est absolument terrifiante… On ne peut se fier à personne pas même à soi-même. Et la police de la pensée est partout, on ne peut même plus réfléchir par nous-même. C’est absolument étouffant, oppressant, et inquiétant. Certaines des choses qui sont décrites dans la troisième partie du livre m’ont fait froid dans le dos. Ce roman est l’histoire de la chute de l’humanité. Et ça fait très peur. Parce qu’honnêtement, quand on se demande si à sa place on aurait fait pareil, la réponse est – pour moi – oui…

Les personnages : Le personnage de Winston est très bien fait. C’est un monsieur tout le monde du Parti extérieur (de ceux qui s’occupent des choses peu importantes du Parti et qui se doivent seulement de suivre aveuglement ses instructions) mais aussi, ce qui est peut-être plus alarmant, de chez nous. Winston, c’est tout le monde. Il a des problèmes de santé, il a des problèmes à son boulot mais n’en dit rien… Il a un léger problème d’alcool et surtout il a des rêves plein la tête. Et c’est bien ce qui dérange dans le livre. Soyons clair, le Parti de Big Brother veut que les humains deviennent des robots, ni plus, ni moins. Une langue automatique, des pensées automatiques, des actes automatiques. Rien de personnel.

Il y a plusieurs autres personnages importants qui vont à la fois aider Winston et le précipiter vers sa chute. Citons Julia, O’Brien ou Mr Charrington. Je ne vous dit rien de plus, ça dévoilerait trop de choses.

En bref : George Orwell a su construire un monde à part qui pourrait – ou aurait pu – s’apparenter au nôtre. Et c’est peut-être le plus effrayant. Il a créé une sorte de monde où les frontières ne sont plus ce que sont les nôtres, o la langue change. Comme je l’ait dit, en Océania (grande puissance qui regroupe l’Europe de l’Est, une partie de l’Afrique, l’Angleterre et l’Australie il me semble) seul le novlangue doit être parlé, une langue automatique qui perd un peu plus de sa richesse chaque jour. Et cette langue a pour but d’ôter toute pensée non conforme aux décrets de Big Brother avant même qu’elles n’aient été esquissée dans l’esprit. Il est impossible avec le novlangue de penser autrement que comme on nous dit de penser…

Une belle réflexion sur le pouvoir de la langue et sur l’importance qu’elle a sans que l’on s’en rende compte dans nos représentations mentales. On me dit parfois que la langue française est riche et complexe pour ceux qui veulent l’apprendre qui ne sont pas français de naissance (et même pour certains français). Mais après avoir lu ce livre, j’en suis extrêmement heureuse.

Petite Plume
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s