Chronique 2 : Le silence de Mélodie, Sharon M. Draper

Auteur : Sharon M. Draper (États-Unis)silence-melodie

Editions : Michel Lafon, 2015

Genre : Contemporain

Première publication : 2010

Nombre de pages : 266

Synopsis

« Quand j’ai eu deux ans, tous mes souvenirs avaient des mots, et tous mes mots avaient une signification.
Mais seulement dans ma tête.
Je n’ai jamais prononcé un seul mot. J’ai bientôt onze ans. »

 

Avis

Ma relation avec ce livre

Ce livre fait partie de la sélection « Vendée’lire » qui est un prix littéraire des collégiens. C’est dans ce cadre que mon petit frère l’a donc emprunté au CDI de son collège pour le lire.

C’est d’abord la première de couverture qui m’a intrigué, puis le résumé a finit de me convaincre. De plus, j’avais entendu parler de ce livre par la Booktubeuse « Audrey – Le souffle des mots » qui avait beaucoup apprécié ce livre.

Ambiance générale et style de l’auteur

Ce sujet « difficile » a été magnifiquement bien traité par l’auteure ! Nous sommes dans la tête de cet enfant de 11 ans qui souffre d’une paralysie cérébrale. Elle ne peut donc ni bouger, ni parler et communiquer est donc un vrai challenge pour elle alors même qu’elle est très intelligente, que les émotions et les mots se bousculent dans sa tête. Nous sommes pendant tout le livre dans la tête de Mélodie et comme elle nous sommes « coincé » et totalement impuissant. C’est très frustrant mais également très malin de la part de l’auteure car c’est un moyen efficace pour nous faire comprendre ce qu’elle ressent. Pour ce qui est de l’ambiance générale, je ne sais pas vraiment comment la résumer : on passe d’une émotion à l’autre. Du rire au larme, en passant par l’angoisse, l’espoir et la colère, ce livre est un véritable caméléon émotionnel !

Intrigue

L’intrigue se focalise donc sur le point de vue de Mélodie. Cette jeune fille exprime simplement et naturellement sa vie hors norme, ses défis, son désir d’intégration, sa soif de savoir ainsi que ses débuts de communications. En partageant la vie de Mélodie on voit alors ses défis du quotidien qui n’en sont pas pour nous et nous semblent naturels. Sharon M. Draper ne tombe pas pour autant dans le pathos, car son personnage est pétillant de vie et de bonne humeur.

Personnages

Le personnage de Mélodie est extrêmement attachant. C’est évidemment une conséquence directe du récit à la première personne qui nous met directement dans sa tête. Mais également, comment pourrais-t-on rester insensible face à une petite fille qui se bat coûte que coûte contre la solitude qu’entraine sa maladie. Ce personnage ne cesse de faire tout ce qui est en son pouvoir pour « être normale ». Car au-delà du thème de la maladie, Mélodie est une adolescente, confrontée donc comme tous au regard des autres et evidemment dans cette période difficile, la différence est souvent un poid.

Les parents de Mélodie sont également attachants car on voit les difficultés du quotidien auxquelles ils font face. Ils sont réalistes car ce ne sont pas de « super-parents ». En effet, dans le roman, on voit leurs baisses de motivations, leurs colères mais également leurs limites dans la compréhension de leur fille. Car malgré l’instinct maternel, lorsqu’on est pas dans sa tête il n’est pas toujours facile de comprendre Mélodie.

Le seul (petit) point négatif de ce livre, s’il faut lui en trouver un, est que le personnage de Mélodie est trop mature. En effet, lorsque je lisais, je n’avais pas l’impression d’être dans la tête d’une fillette de 11 ans mais plutôt dans celle d’une adolescente de 14-15 ans. Cependant, ce point négatif s’accompagne d’un point positif car cela montre que le personnage protagoniste est recherché et profond.

Les autres personnages comprenant les camarades de classes, les enseignants, mais aussi les médecins montrent qu’on porte aisément un jugement trop hâtif sur autrui. En effet, comme Mélodie aime le répéter, son cerveau n’est pas gelé. Or, cela interroge notre propre vision des choses face à l’handicap : sommes-nous comme ces jeunes qui se moquent ? Ceux qui préfèrent ignorer ? Ceux qui suivent le groupe et rejettent ? Considérons-nous ces personnes comme inférieures ou moins intelligentes parce qu’elles sont différentes ?

En deux mots…

Une très bonne lecture qui fait réfléchir

Points forts : Des personnages attachants, réalistes, recherchés et convaincants. Un sujet difficile traité avec brio et qui ne tombe pas dans le pathos.

Points faibles : Un personnage trop mature pour son âge ?

Citations :

« La musique c’est comme entendre le son des couleurs et sentir le parfum des images »

« C’était une de ces journées de début novembre qui aurait sûrement plu à un peintre ! Des feuillages rouge mordoré. Un soleil lumineux. Un arrière-goût d’été. Je comprends que Penny ait eu envie de s’évader. »

« Des mots.

Des milliers de mots m’entourent. Peut-être même des millions.

Cathédrale. Mayonnaise. Grenade.

Mississippi. Napolitain. Hippopotame.

Soyeux. Terrifiant. Irisé.

Chatouiller. Éternuer. Souhaiter. S’inquiéter.

Depuis toujours, ils tourbillonnent autour de moi comme des flocons de neige et fondent, intacts, dans mes mains, tous aussi délicats et différents les uns des autres »

Ma note :

18/20

#Cyclamenthe

Publicités

Une réflexion au sujet de « Chronique 2 : Le silence de Mélodie, Sharon M. Draper »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s